Article

______________
Publié le 10-02-2016

250eme anniversaire du rattachement des Duchés de Lorraine et de Bar à la France

 

Cliquez sur l'image et découvrez les événements du 250ème anniversaire :

 

L'histoire de Stanislas Leszczynski :

Plutôt que roi de Pologne, sans cesse destitué, le destin de Stanislas était d’être duc de Lorraine et de couvrir la région de beaux édifices.

Au commencement …

Au début du 18ème siècle, la Lorraine est comme une épine dans le pied de la France : elle sépare l’Alsace, progressivement annexée, du reste du royaume. Louis XIII et Louis XIV l’avaient systématiquement occupée lors de guerre répétées contre les Habsbourg.

Si une Lorraine indépendante n’est que gênante, une Lorraine dans le giron des Habsbourg serait une épée braquée sur le cœur de la France. Or, François, duc de Lorraine éduqué à la cour de Vienne, nommé vice-roi de Hongrie, est destiné à épouser l’archiduchesse Marie-Hélène, fille ainée de l’empereur Charles VI et héritière de la Maison d’Autriche : ce qui déplaît au secrétaire d’État aux affaires étrangères. Stanislas naît à Lwov en Ukraine le 20 octobre 1677 dans une famille influente appartenant à la grande noblesse polonaise depuis le XVIème Solidement formé en sciences, en mathématiques, il excelle en littérature et maîtrise parfaitement plusieurs langues : le latin, l'allemand, l'italien et dans une moindre mesure le français qu’il parle aisément, mais écrit difficilement. En 1696, à la mort du roi Jean III Sobieski, Stanislas Leszczynski, jeune noble talentueux, entre en politique et sera nommé staroste du palatinat d' Odolanov.

En 1697, la Diète de Pologne se réunit pour élire un nouveau roi. Le roi de Saxe, un Allemand, gagne la faveur des électeurs et se fait élire sous le nom d'Auguste II.

 

Les premiers pas de Stanislas en politique …

Stanislas naît à Lwov en Ukraine le 20 octobre 1677 dans une famille influente appartenant à la grande noblesse polonaise depuis le XVIème.

Solidement formé en sciences, en mathématiques, il excelle en littérature et maîtrise parfaitement plusieurs langues : le latin, l'allemand, l'italien et dans une moindre mesure le français qu’il parle aisément, mais écrit difficilement.

En 1696, à la mort du roi Jean III Sobieski, Stanislas Leszczynski, jeune noble talentueux, entre en politique et sera nommé staroste du palatinat d' Odolanov.

En 1697, la Diète de Pologne se réunit pour élire un nouveau roi. Le roi de Saxe, un Allemand, gagne la faveur des électeurs et se fait élire sous le nom d'Auguste II.

A 21 ans Stanislas épouse le 25 mai 1698, la fille de Jean-Charles Opalinski, illustre magnat polonais Catherine Opalinska, qui lui donne deux filles: Anna, le 25 mai 1699, et Marie, le 23 juin 1703 qui deviendra reine de France.

Stanislas Leszczynski et Catherine Opalinska

Stanislas Leszcinski

 

 

 

 

 

 

 

Aux premiers jours de l’an 1703, le père de Stanislas et le grand père paternel de Stanislas se suivent dans la mort, laissant Stanislas à la tête d'un domaine considérable.

 

Roi éphémère de Pologne …

Des troubles surgissent en Pologne. Charles XII, roi de Suède, refuse l’alliance qu’Auguste II signe avec la Russie et le Danemark contre lui.

Conquis par la bonhommie de Stanislas, il manœuvre pour prouver la « non capacité » à régner d’Auguste II et installer Stanislas sur le trône le 4 octobre 1705 dans la collégiale Saint-Jean à Varsovie.

Mais la guerre se poursuit : Stanislas peut néanmoins compter sur son protecteur jusqu’en 1709, date de la grande défaite de Charles XII en Russie. Stanislas n’a qu’une solution :

« Abdiquer »

Après la débâcle de ce dernier, commence pour Stanislas une longue errance qui le mène à Stettin, Stockholm. Sa route de l’exil se poursuit, travesti en officier français, à travers la Hongrie, l' Autriche.

En 1713 Stanislas dépossédé du trône de Pologne, est fait prisonnier par les Turcs et rejoint Charles XII à Bender. Il renonce à prendre la couronne polonaise au profit d’Auguste II.

Pour récompenser la fidélité de Stanislas, Charles XII lui cède la jouissance de la petite principauté de Zweibrücken (Deux-Ponts) possession suédoise depuis 1654, située entre la France et l'Allemagne.

Dans son périple, il traverse la Lorraine où sa situation financière est difficile. Prévenu de son arrivée, le duc de Lorraine Léopold se porte à son secours. Stanislas après une halte à Lunéville peut ainsi poursuivre sa route jusqu'à Zweibrücken.

Il retrouve sa famille et quelques proches, Stanislas s'adonne à la musique, les arts, la philosophie et les sciences dans le palais baroque qu’il a fait construire grâce à l'architecte suédois Jonas Erikson Sundhal.

      Anna Leszczynska

 

 

 

 

 

 

Le décès d'Anna Leszczynska, fille aînée de Stanislas le 20 mars 1717 à Zweibrücken plonge la famille Leszczynski dans un grand désarroi.

 

Fin de l'exil avec le mariage royal entre Louis XV avec Marie Leszczynska

Le 2 avril 1725, lundi de Pâques, un courrier lui apporta un pli, cacheté du sceau du duc de Bourbon, qui lui demandait sa fille en mariage au nom de Louis XV ...

Marie Lesczynska et Louis XV

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie Leszczynska, âgée de 22 ans, accepta immédiatement et le mariage eut lieu le 15 aout dans la cathédrale de Strasbourg puis le 5 Septembre à Fontainebleau.

Les parents s’établissent au château de Chambord de 1725 à 1733.

Louis XV, jeune homme de 15 ans, épris de chasse et encore timide, se montre fidèle à sa jolie épouse pendant quelques années, ce qui constitue une prouesse, considérant le milieu libertin de la Cour à cette époque.

Après cette période relativement heureuse, le mariage se transforme pour Marie Leszczynska en une longue souffrance. Aux infidélités constantes s'ajoute la solitude de sa vie de femme et de mère. Elle met au monde plus de 10 enfants en l'espace de peu d'années dont certains décèdent en bas âge.

Marie Leszcynska et le dauphin

 

 

 

 

 

 

 

Stanislas retrouve son trône de Pologne …

La mort d'Auguste II, roi de Pologne, survenue le 1er février 1733, ouvre une crise de succession. L'empereur germanique Charles VI et la tsarine Anne se prononcent en faveur d’Auguste III fils du roi défunt, tandis qu'en France, mais aussi en Pologne, un important parti milite pour la restauration de Stanislas qui n’a jamais capituléL’ambassadeur de France en Pologne va tout faire pour que Stanislas retrouve son trône malgré l’exil.

Stanislas hésite mais est élu le 11 septembre 1733. En même temps, 5000 polonais désertaient.

Mais les adversaires de Stanislas ont déjà commencé à prendre les armes. Dès son élection, la tsarine Anne envoie des troupes : en septembre, Stanislas doit se réfugier dans Dantzig pour y attendre de l'aide. Le 5 octobre Auguste III est proclamé roi, à Varsovie sous la protection des armées russes. La Pologne a une nouvelle fois deux prétendants au trône !

Le 10 octobre, Louis XV, ne pouvant s'en prendre à la Russie, difficile à atteindre, déclare la guerre à son allié, Charles VI empereur d'Autriche. Ce fut le début de la guerre dite « de succession de Pologne ".

Les troupes françaises occupent la Lorraine tandis que pour sauver les apparences, dépêchent quelques bateaux qui essuient une défaite au large de Dantzig à la fin mai.

A partir de février 1734, la ville est écrasée par un incessant pilonnage d'artillerie, et le 27 juin Stanislas s'enfuit déguisé en paysan.

Stanislas abdique le 27 janvier 1736 et rejoint la France et signe « la déclaration secrète de Meudon » par laquelle Stanislas déclare ne pas vouloir se " charger des embarras des arrangements qui regardent l'administration des finances et revenus des duchés de Bar et de Lorraine" et s'en remet au roi de France, qui entre en possession des duchés " dès maintenant et pour toujours ".

En compensation, Stanislas garde le titre royal de roi de Pologne et reçoit en viager les duchés de Lorraine et de Bar. En outre il est convenu, qu'à la mort de leur nouveau titulaire, les duchés reviennent au roi de France

 

Stanislas « le Bienfaisant » et architecte de Lunéville et de Nancy

Le roi Stanislas a 60 ans lorsqu’il arrive le 3 avril 1737 à Lunéville.

Personne n’avait prévu qu’il allait vivre encore pratiquement trente ans.

Dans l'esprit du roi Louis XV et de ses conseillers ce n'était l'affaire que de quelques années.

Stanislas, déchargé de la gestion réelle des duchés, réunit à Lunéville une cour brillante et reçoit l'Europe mondaine et savante.

Il lutte contre la disette, constitue une sorte de sécurité sociale, participe à l’entretien des écoles…

Le nouveau souverain ne se livre à Lunéville qu’à des aménagements intérieurs, se consacre pleinement à sa passion des jardins, fait installer une série de 88 automates…

A Nancy, il réunit la Veille Ville médiévale et la ville Neuve, aménage la place royale, crée le collège royal de Médecine, une société royale des Sciences et Belles Lettres….

A la mort de la duchesse douairière, veuve du duc de Lorraine Léopold 1er en 1744, le château de Commercy devient propriété de Stanislas qui en faut une de ses résidences.

 

Rattachement de la Lorraine à la France …

Le dimanche 23 février 1766, le roi Stanislas s’éteint dans les bras de Madame de Boufflers au château de Lunéville après s’être brulé gravement le 5 février.

Le lundi 24 Février, le gouverneur, Antoine Chaumont de la Galaizière, convoque la Cour souveraine pour annoncer la réunion de la Lorraine au royaume de France.

800 000 personnes deviennent d’un trait de plume, sujets de Louis XV.

Stanislas Leszczynski reste dans l’Histoire comme l'arrière-grand-père de trois rois de France, Louis XVI, Louis XVIII et Charles X.

Il perdure aussi dans la mémoire de ses sujets polonais comme un roi éphémère et romantique qui s'opposa pour préserver leur indépendance face à la main mise saxonne et russe.

Stanislas Leszczynski vers 1733

 

 

 

 

 

 

 

Se faisant aimer de ses sujets, il laissera libre cours à ses talents de bâtisseur, contribuant au développement des lettres, des arts et des sciences et dote avec générosité les œuvres charitables.

Il reste enfin dans la mémoire des Lorrains comme le grand architecte de Nancy et un monarque bienfaisant.

Et c'est justice que la plus belle place de la ville, qu'il fit aménager sur ses indications, avec ses finances personnelles (rente viagère versée par le roi louis XV) porte son prénom.

Sa dépouille repose auprès de son épouse Catherine Opalinska, décédée en 1747, dans le caveau familial de l'église Notre Dame de Bonsecours à Nancy.

En 1831, la population installe en son honneur, au centre de la place Royale, une statue avec l’inscription : «A Stanislas, la Lorraine reconnaissante ».